m
Back to Top
 

Les factions

INTRODUCTION

Les factions de Thédas

Thédas est un monde en conflit où politiciens, religieux, mages, militaires, marchands et criminels luttent continuellement pour préserver leur pouvoir, et saper celui de leurs voisins. Bien qu’il existe d’innombrables regroupements à travers le continent et au sein même des royaumes, rendant leur exhaustivité relative, toute personne a appris au cours de sa vie à identifier les suivants :

LA RELIGION DOMINANTE

La Chantrie

L’organe religieux de Thédas, qui se repose sur le culte du Créateur et sa prophétesse  Andrasté. Ce courant possède la particularité de n’avoir comme dirigeant que des femmes, que l’on nomme les Divines. Ce sont elles qui nomment les différentes ères qui passent dans ce monde, et rassemblent les royaumes au sein d’un dogme commun.

La Chantrie repose sa croyance sur la Cantique de la Lumière, un recueil de chants rapportant la parole d’Andrasté. Tout résident de Thédas en a déjà entendu les sacrements, toute ville avec un minimum d’importance possédant sa Chantrie locale.

Les derniers événements

Aujourd’hui, la Chantrie souffre d’un nouveau conflit avec ses templiers et les mages. S’il reste des fidèles à la Divine Beatrix IV, nombreux sont les dissidents qui pensent que les templiers devraient rester une force armée indépendante, et que les mages sont capables de s’autogérer dans leurs cercles.

La nomination d’une nouvelle Main Droite, un homme, a grandement surpris. De toute évidence, la Chantrie est en pleine réforme, et de grands défis l’attendent.

LES ANCIENS MAÎTRES

L'Empire de Tévinter

Alors qu’il dirigeait Thédas tout entier, l’Empire a connu le sort des grands en s’effondrant sous les révoltes des plus petits. Les mages, considérés comme des nobles dans ce pays, ont toutefois continué de diriger leur Empire à leur manière, avec leur propre Chantrie, dirigée par un Divin Noir.

Les derniers événements

Leur guerre éternelle avec les qunaris les a conduit à répondre à l’appel d’Orlaïs et de Férelden, envoyant leurs puissantes armées de légionnaires et de mages en renfort.

Militants de l’esclavagisme et d’un usage libéré de la magie (ainsi que la magie du sang), les tévintides restent particulièrement méprisés.

Orlaïs a convenu de leur donner l’ancienne forteresse de l’Inquisition, sur la côte Nord féreldienne. Les mages s’y sont depuis cantonné, soutenant l’effort de guerre avec une redoutable efficacité.

L'ARMEE DE LA CHANTRIE

Les Templiers

Bras armé de la Chantrie, l’Ordre des Templiers est une vieille institution regroupant les soldats de la Divine. Admirés par le peuple et craints par les mages, les Templiers sont les garants qu’aucune menace magique ne viendra troubler la paix en Thédas. Ces soldats d’élites consommeraient du lyrium pour s’immuniser aux effets de la magie, les rendant particulièrement dangereux pour les apostats et les mages du cercle les plus agités.

Les Templiers sont dirigés par leurs Chevaliers Capitaines, une quinzaine au sein de tout Thédas. Les Chercheurs de Vérités les surveillent étroitement pour s’assurer qu’aucune sédition ne se produise à nouveau.

Les derniers événements

Les templiers ont beaucoup perdu dans la guerre contre les qunaris. Troupe de choc d’élite, cette armée s’est largement sacrifiée pour permettre à la guerre de ne pas être perdue lors des premiers affrontements autour de Tourmaline. Après le renvoi de la Chercheuse Héléna de Vaumont qui faisait le lien entre le temple et la Divine, un nouveau vent de révolte a soufflé chez les soldats.

Les templiers qui restent aujourd’hui en faction dans les chantries et basiliques sont ceux n’ayant pas rejoint le mouvement d’indépendance, mais tous ne sont pas les plus convaincus par la situation déclinante avec les mages.

L'OEIL DE LA CHANTRIE

Les Chercheurs de Vérité

Souvent issus de vétérans parmi les Templiers, les Chercheurs disposent d’une formation spécifique qui diffèrerait de celle de leurs collègues. Quoi qu’il en soit, leur rôle au sein de la Chantrie est de contrôler les instances religieuses pour vérifier qu’aucune corruption humaine ou démoniaque n’y sévisse, agissant ainsi comme la police personnelle de la Divine. Cet attribut en fait des personnes relativement peu appréciées au sein de leurs pairs.

Les derniers événements

Les Chercheurs ont pour la majorité rejoint les templiers dans la sédition avec la Chantrie. Promulguant un ordre indépendant, ils contrôlent les templiers pour que ce mouvement ne s’entâche pas de corruption.

LES MAGES OFFICIELS

Les Mages du Cercle

Enfermés dans des Tours où ils peuvent étudier la magie sous la surveillance étroite des Templiers, les Mages du cercle sont les seuls manipulateurs de magie tolérés par les officiels de Thédas. Parfois envoyés à l’extérieur en soutien pour les Templiers, les Mages du Cercle n’en sont pas moins craints pour autant, malgré leur aptitude à résister à l’influence des démons. Leur participation à la guerre des mages contre les Templiers en est une autre principale raison.

Ils obéissent aux ordres du Grand Enchanteur, qui en répond à la Divine elle-même.

Les derniers événements

On sait peu de choses sur ce qui anime les Mages du Cercle, enfermés tels qu’ils sont dans leurs tours. Il est toutefois de notoriété publique qu’une rancoeur profonde a récemment secoué les Cercles, qui ont proclamé leur indépendance vis-à-vis de la Chantrie, déclenchant de ce fait la guerre entre apostats et templiers. Le retour à l’ordre n’a été que temporaire, et la trêve semble aujourd’hui sur sa fin. Nombreux sont les mages à s’être politisés, choisissant un camp de leur propre chef, et s’éloignant du giron chantriste.

L'EMPIRE DE L'OUEST

Orlaïs

Il n’est pas de cour plus cruelle que celle d’Orlaïs, où les nobles se plaisent à s’éliminer dans ce que tous appellent affablement «Le Grand Jeu». Dirigée par l’Impératrice Célène, toute puissante dirigeante d’Orlaïs, la noblesse a été fracturée pendant plusieurs années déjà par la guerre civile qui opposait l’Impératrice à son cousin le Grand Duc Gaspard de Chalons; héritier légitime selon certains, usurpateur pour d’autres.

Le conflit s’étant récemment achevé sur l’exil du Grand Duc, l’Impératrice semble avoir repris le contrôle de sa cour.

Les derniers événements

Le Duc de Vaumont, Amiral de l’Impératrice, a été le stratège idéal pour mener la guerre. Ses forces armées ont largement contribué à la victoire quasi finale qui s’annonce, bien que les poches de résistance de l’ennemi soient robustes. Dépositaire de la dernière flotte armée thédossienne, l’homme semble à ce jour tout puissant et sans rival. Installé dans ses quartiers généraux de Tourmaline, nombreuses sont les puissances étrangères à citer son nom. Parfois plus que celui de l’Impératrice, disent les médisants.

LE ROYAUME DE L'EST

Ferelden

Autrefois sous le joug d’Orlaïs, Ferelden est un jeune royaume qui a repris son indépendance il y a quelques décennies de cela. L’Histoire de Ferelden est cruelle car les événements semblent vouloir peser sur le destin de ce royaume, qui connaît régulièrement la guerre. Théâtre du Cinquième Enclin qui a failli s’étendre depuis ses terres, Ferelden est à présent en proie à la menace Qunari, qui ont menacé ses côtes puis pénétré dans le pays depuis deux années à présent.

Dirigé par le Régent Howe suite à la mort du Roi Alistair, Ferelden est souvent moqué par Orlaïs comme un royaume rustre au système féodal désuet, ce qui n’a pas empêché les Fereldiens de repousser les forces de l’Impératrice lors de la guerre d’indépendance ; un fait souvent à l’origine de fierté parmi ses troupes.

Les derniers événements

Les temps pour Férelden sont difficiles. Le royaume est occupé à l’Est par les qunaris qui tiennent Dénérim, et la moitié nord du pays est sous le protectorat orlésien ; dont certains disent qu’il s’agit surtout d’une nouvelle ingérence dans les affaires du royaume.

La tension autour du Conclave est importante, et Tourmaline, en tant que ville située à la périphérie entre le Férelden indépendant et le Férelden orlésien, fait office de terrain neutre, malgré qu’il soit de notoriété publique que le Iarl Isenghast a marié son fils à l’héritière du puissant Duc de Vaumont.

LA NOUVELLE INQUISITION

L'Inquisition

Décrite souvent comme l’institution à l’origine des Templiers et des Chercheurs de Vérité, l’Inquisition est récemment sortie de l’oubli pour pallier à une Chantrie vacillante en proie à des révoltes internes. Sous l’impulsion d’un homme décrit par les inquisiteurs comme « Le Messager d’Andrasté », l’Inquisition a été la seule force de Thédas à même de refermer les brèches vers le monde de l’Immatériel qui sont apparues soudainement après l’explosion du Conclave, il y a quelques années.

Leur notoriété en tant que force alternative en est sortie grandie, mais la mort récente du Messager dans des conditions étranges a ébranlé les inquisiteurs qui ont dû se reformer autour d’une figure phare. Leur situation vis à vis de la Chantrie est parfois floue pour le peuple, mais nombreux sont ceux qui reconnaissent en l’Inquisition un ordre pur dénué de toute corruption, et donc digne de confiance.

Les derniers événements

L’Inquisition semble avoir disparu du paysage politique après la mort de leurs troupes face aux qunaris. Abandonnés sur le terrain par Orlaïs, leur colère envers l’Empire est farouche. Mais peu nombreux subsistent à ce jour les inquisiteurs prêts à reprendre le flambeau, alors que toutes les failles de l’immatériel semblent cette fois avoir été refermées.

L’ironie semble vouloir qu’après avoir massacré la Garde des Ombres qui avait fait usage de la magie du sang, ce soit au tour de l’Inquisition de disparaître progressivement.

LES ANCIENS PROTECTEURS

La Garde des Ombres

Autrefois dépositaire des espoirs de l’humanité, tous comptaient sur la Garde pour protéger Thédas des Archidémons, dont le réveil était suivi d’armées de créatures sans âmes, les engeances, dans de terribles événements que l’Histoire décrit comme les Enclins. Disposant de nombreux traités avec les royaumes et de la capacité de conscrire qui le leur plaisait, les Gardes jouissaient d’un statut privilégié et d’un secret persistant sur leur nature à combattre l’Enclin.

Cela fait plusieurs décennies maintenant que les engeances ne sont plus apparues à la surface, les royaumes se concentrant sur leurs guerres personnelles pendant cette longue accalmie.

Les derniers événements

La Garde a été récemment détruite par l’Inquisition, tous ses membres passés au fil de l’épée. Leur déviance lorsqu’un démon est parvenu à tous les posséder a justifié cette extermination préventive, les anciens héros disparaissant au profit des nouveaux.

Des survivants, toutefois, auraient été découverts, revendiquant la résurgence de leur ordre. Mais peu nombreux sont ceux prêts à accorder du crédit à de telles affirmations.

LES MAGES PARIAS

Les Apostats

Tout mage qui n’est pas placé sous l’autorité du Cercle est a fortiori un apostat. Les apostats rassemblent autant de petits sorciers aux talents naturels que de génies excentriques ne pouvant supporter d’être confinés dans des tours, mais sont unanimement traqués par les Templiers et l’Inquisition. Lors d’une telle confrontation, un apostat ne peut qu’être intégré dans le cercle, ou tué, sinon privé de ses pouvoirs.

Au contraire des mages du cercle, les apostats ne disposent pas d’un enseignement canon leur permettant de lutter contre la possession démoniaque, et représentent donc un danger constant selon les autorités.

Les derniers événements

Les rangs des apostats ont largement grandi aujourd’hui. Certains sont restés dans leurs Cercles, d’autres ont rejoint l’Empire de Tévintide pour vivre une vie de noble, alors que d’autres ont continué leur vie d’ermite, suivant leurs propres aspirations.

LES PUISSANCES ÉTRANGÈRES

Le reste du monde

Il serait difficile de donner une description exhaustive de toutes les factions peuplant Thédas. Voici toutefois un bref descriptif des plus notables, et les derniers événéments les traversant :

Les Marches Libres : ensemble de cités-états unies sous l’accord de Starkhaven, les Marches ont été davantage occupées par leurs propres querelles que la guerre à Férelden, ainsi que par les affrontements directs entre mages et templiers qui se sont déroulés sur leurs territoires.

Antiva : pays du raffinement, des duels d’honneur et de la criminalité de luxe, la nation Antivane jouït d’une position favorable dans le contexte actuel : c’est à dire la tranquillité des affaires.

Nevarra : puissant royaume voisin d’Orlaïs, Nevarra est le premier pays à s’être émancipé de Tévinter lors de la chute du glorieux Empire. Les tensions se seraient accentuées entre les deux protagonistes ces dernières années, sans qu’aucun combat n’éclate cependant.

Orzammar : la plus puissante et connue cité naine, basée dans Férelden, non loin de Tourmaline. Depuis quelques années déjà, les nains semblent s’être isolés de la surface, fermant les portes de leur cité. Cet état de fait cause à ce jour de graves problèmes, la Chantrie était la première à s’approvisionner du commerce de lyrium avec les habitants des profondeurs. Les raisons de cette rupture des échanges restent à ce jour un mystère.

Halamshiral et les peuples elfes : à la frontière entre Orlaïs et Férelden siège l’une des plus importantes cités elfes, conquise il y a bien longtemps de cela par l’Empire orlésien. A l’instar de la situation des elfes des cités de Thédas, la ville est dirigée par des humains ; le Palais d’Hiver de l’Impératrice s’y trouvant même. Les elfes libres, les tribus dalatiennes, tendent à mépriser le mode de vie soumis de leurs semblables. Pour autant, on aurait aperçu des elfes dalatiens s’investir dans la guerre, sans doute pour protéger leurs territoires des qunaris.

LES ENVAHISSEURS

Les Qunaris

Originaires des lointaines îles du nord de Thédas, les Qunaris sont un peuple encore méconnus des royaumes, qui voient en eux une force brute qui n’est pas étrangère à leur constitution développée, et leurs cornes prépondérantes. En éternelle guerre avec l’Empire de Tévinter, ils ont parfois attaqué Thédas, déclenchant une précédente croisade à leur encontre, la Marche Exaltée. Leur société apparaît comme relativement contraignante, tout individu devant obéir aux principes du Qun, un dogme qui prône la disparition de l’individu au profit du groupe ; un fait étrange étant donné le caractère foncièrement violent de cette race.

Les derniers événements

Après avoir écrasé les forces de Férelden, le Qun s’est heurté à une alliance solide qui l’a lentement renvoyé jusqu’aux côtes Est, cantonné à la capitale de Dénérim. Mais l’ennemi est coriace et continue de faire saigner ses adversaires. La guerre, toutefois, semble compromise pour les forces qunaris, qui doivent lutter contre des adversaires toujours plus nombreux.